L'origine du ju jitsu

Le concept principal du ju-jutsu est le jū, littéralement la « souplesse », c'est-à-dire éviter l'attaque frontale pour contrôler un adversaire plus fort, sans opposition de force. Par cette technique, ju yoku go o sei suru : le doux vainc le dur.
Ce principe a donné naissance à un ensemble de techniques sophistiquées d'évitement, de canalisation de la force adverse, et de contrôle de l'adversaire par des déplacements, des frappes et des immobilisations obtenues grâce au contrôle des points vitaux et des articulations.

 

Les méthodes de combat connues comme le ju-jutsu sont vieilles de 1 500 ans au moins. Les débuts du ju-jutsu peuvent être situés dans la période turbulente au Japon qui s'étalait entre le VIIIe et le XVIe siècle. Cette période connut d'incessantes guerres civiles et les systèmes d'armement classiques furent développés et éprouvés sur les champs de bataille. Les techniques de combat rapproché faisaient partie intégrante de ces systèmes afin de combattre efficacement des adversaires portant armes et armure.

 

La naissance du ju-jutsu coïncide probablement avec l'origine de la classe des samouraïs datée de l'an 792. L'armée était constituée à cette époque de soldats se déplaçant à pied et armés de javelots. Les officiers étaient recrutés parmi les jeunes fils des grandes familles et étaient formés au maniement du yumi (arc japonais), au commandement des troupes et également au combat sans armes. L'empereur Kammu construisit le Butokuden, une école formelle pour ces officiers que l'on connaît sous le nom de samouraïs.

 

À la fin du XIIIe siècle, les Mongols tentèrent d'envahir le Japon et les samouraïs se défendirent durant des années dans de terribles combats. Au XVe siècle, les maîtres d'armes établirent des koryū bujutsu (écoles traditionnelles anciennes) afin d'enseigner leur style du kenjutsu, l'art du sabre. Entre 1467 et 1477, la guerre d'Ōnin fit rage, et cette période vit le déclin du pouvoir des shoguns et le début du Sengoku jidai, l'« âge du pays en guerre », qui dura cent cinquante ans.

 

Le premier jutsu ryū reconnu fut formé par Takenouchi Hisamori en 1532 et consistait aussi bien en des techniques usant du katana (sabre), du bō (bâton) et du tantō (couteau-sabre) que du combat à mains nues. Les sauts et les coups de pied n'étaient peu ou pas enseignés dans le ju-jitsu puisque les techniques étaient souvent destinées à des combattants portant une armure et que ces techniques sont risquées et difficiles à employer sur le champ de bataille (vêtements mal adaptés, risque de glisser et tomber, de se faire saisir la jambe…). Le terme jūjutsu commença à être utilisé vers 16007. Cependant, nombre d'écoles traditionnelles continuent d'employer d'autres termes tels que yawara, koppō, dakentaijutsu, yoroi kumiuchi, mugen mukeru, etc., pour désigner leur art. En fait, le ju-jitsu n'est pas une discipline monolithique car de grandes différences peuvent apparaître entre des écoles portant toutes la même appellation de jūjutsu.

 


LE STYLE MUSHIN  RYU  JU-JUTSU

Les principes du Mushin Ryu

 

Mu = vide Shin = esprit Ryu=école

 

Penser, ne pas penser

 

 

 Dans la montagne, un vannier fabriquait un panier, travaillant près du feu. La vieille de la montagne arrive : "Quel froid de canard", dit-elle. Le vannier se dit : "C’est l’atroce vieille de la montagne, il faut lui jeter de la cendre". La vieille lui dit : "Tu veux me jeter de la cendre ?", il est déconcerté. Il se dit : "Je vais lui faire goûter de ma hachette". Elle lui dit : "Tu veux me découper de ta hachette ?". Il se dit : "Elle devine tout ce que je pense. Elle va me dévorer". Et la vieille une fois encore lui dit ce qu’il pensait.

 Il décide alors de ne plus y penser et continue son travail intensément, en silence. Tout d’un coup, sans réfléchir, il lui envoie à la figure une poignée de cendres. Elle s’enfuit alors, vaincue, dans la plaine.

 Extrait du livre le bol et le bâton chez Albin Michel

 

 

 Présentation

 Le Mushin ryu est un système de combat dont le but est à travers certaines formes d'entraînement de parvenir à un état de vacuité mentale dans lequel la pensée n’intervient pas dans l’action. Pour cela il est nécessaire de posséder un répertoire technique très important afin de pouvoir s’adapter à toutes les situations de combat. Le but étant de ne pas créer un réflexe unique qui nous conditionnerait à appliquer une technique inadéquate pour une situation donnée.

 

 

Le combat sportif

L'aspect sportif n’est surtout pas à négliger dans la formation du ju jutsuka, il participe au renforcement du mental et du physique le mettant à rude épreuve. Plusieurs formes de combat sont pratiqués dans le Mushin ryu ju jutsu.

 

  1. Le Ne waza, (combat au sol)
  2. Le randori (combat de projection)
  3. Le kumite (combat poings pieds)
  4. Le combat total avec frappes,projections et combat au sol, avec des protections pour garantir l’intégrité physique des pratiquants.

L'art Martial

Le Mushin Ryu est un art martial de self défense très efficace,  il utilise différents types de techniques suivant les situations.

  1. Des techniques de contrôle sur les articulations.
  2. Des techniques d'étranglements
  3. Des techniques de projections
  4. Des techniques de frappes
  5. Des techniques avec armes, notamment le yawara